Le Vélo Club de Hettange Grande une nouvelle fois dans la peine avec le décès de son 1er Président Jean Nicolas Thill

Le Vélo Club de Hettange Grande une nouvelle fois dans la peine avec le décès de son 1er Président Jean Nicolas Thill

Le Vélo Club de Hettange Grande vient d’apprendre une triste nouvelle avec le départ de son 1er Président Jean Nicolas Thill qui allait fêter ses 78 ans. Monsieur Thill avait accepté en décembre 1979 de prendre la Présidence du comité du club de vélo qui venait d’être créé à Hettange Grande.

A Marie Jeanne Jeanne, son épouse, à Véronique et Nicolas ses enfants et à ses 5 petits enfants, le Vélo club présente ses condoléances les plus sincères.

La cérémonie religieuse se déroulera mardi 4 août à 14h30 en l’église de Hettange Grande

Ci-dessous une photo de la 1ère AG du Vélo Club présidée par Jean Nicolas Thill au centre de la Photo. Merci Jeannot pour ton implication dans la création d’un club cycliste à Hettange Grande.





Vous pouvez voir -https://www.facebook.com/villedehettange l’article de la Ville de Hettange Grande

Route : Les épreuves du Samedi 1er août 2020 – 4ème Critérium d’Eckwersheim (67) – Catégories 1-2 — 3-J — Pass D1-D2 — Pass D3-D4 — Cadets — Minimes — Ecole de Vélo (PLPPB)

Route : Les épreuves du Samedi 1er août 2020 – 4ème Critérium d’Eckwersheim (67) – Catégories 1-2 — 3-J — Pass D1-D2 — Pass D3-D4 — Cadets — Minimes — Ecole de Vélo (PLPPB)

Route Club organisateur : VC Eckwersheim

Les Détails d’Organisation :




Albert Mézier en vélo d’Ottange à Port de Bouc

Albert Mézier en vélo d’Ottange à Port de Bouc

Bonjour à tous,

Voici un petit résumé de mon voyage à vélo, que j’ai entrepris du 13 au 16 juillet pour rejoindre une partie de la famille dans le sud, en partant de la frontière luxembourgeoise pour arriver à Port-de-Bouc en alternant voie cyclable le long de cours d’eau et routes départementales.

C’est ma première expérience en vélo voyage. Comme je voulais voyager le plus léger possible, je me suis équipé en mode « Bikepacking ». 

-Sac de couchage plus une petite sacoche sur l‘avant du vélo, type banane.

– Sacoche de cadre.

-Sacoche de selle.

J’ai fait camping tous les soirs.

1ère étape : Camping Navarre Langres

2ème étape : Camping municipal de Mâcon

3ème étape : Camping Les Voiliers Beauchastel.

Je téléphonai à l’avance pour réserver la place de camping.

Aucun problème de réservation.

Pour la première étape, que j’ai choisi la plus longue au vu du dénivelé et de l’état de fraîcheur. Le départ s’est fait d’Ottange, ville frontière avec le Luxembourg. Longeant la Moselle par la piste cyclable, la « Charles le Téméraire » jusqu’à Nancy en passant par Thionville, Metz. Sortie de Nancy vers Langres par petites routes départementales, plutôt monotone mais bon, c’était un choix de rapidité.

Arrivée sur Langres, pour atteindre le camping, une dernière montée de 2 km m’attend, ça pique en fin de parcours. Langres, cité acropole perchée entre Champagne et Bourgogne, Langres vous promet un détour d’exception. Magnifique et poétique, cette forteresse vous transporte dans un décor hors du temps.

2ème étape : Langres-Mâcon.

Sortie de Langres c’est la campagne avec beaucoup de culture de maïs et de tournesols.

 Je traverse les terroirs au grand crus de Bourgogne. Marsannay la côte, Gevrey Chambertin, Nuits-Saint-Georges. Pas assez de place pour prendre une bouteille, même pas un bidon😁

Je passe dans la campagne Bressanne située entre région Bourgogne et Rhône-Alpes. À partir de Tournus je m’engage sur la « Voie Bleue « et longe la Saône jusqu’à Macon où je passe la nuit dans le camping municipal de la ville.

3ème étape: Macôn-Beauchastel. 

Il faudra traverser Lyon, 

le trafic, les embouteillages, les zigzags entre les voitures, on sera à un moment parallèle à l’autoroute du Soleil.

Ville en plein renouvellement d’infrastructures, en espérant pour le bien de tous. Et voilà que je m’engage  sur la « Via Rhôna » à Givors. Et là, le calme absolu, sur une piste quasiment ininterrompue 

traversant entre Saône et Rhône des ponts suspendus, barrages, centrales électrique : l’eau source d’énergie. 

Je passerai ma dernière nuit pas loin de la centrale Hydroélectrique de Beauchastel dans le camping « Les Voiliers » camping à l’ancienne, où les inscriptions se font encore dans un cahier à colonne. Ce camping accueille entre autre, les vélos voyageurs.

4ème et dernière étape : Beauchastel-Port de Bouc

Ça sent le chaud, la température grimpe lentement, les cigales commencent à chanter, pas de doute ça sent la Provence. Mais, j’ai les fessiers un peu en compote et avec toute la crème que je met, ça fais holyday on ice😂.Il faut encore traverser le Vaucluse et l’Ardèche toujours sur la « Via Rhôna » que je quitterai à Avignon. Encore quelques ponts à passer. C’est là passerelle Hymalayenne, qui m’aura quand même le plus impressionné.

Je l’ai passé sur le vélo, ne prenez pas de risque si vous êtes chargé. Surtout par vent fort.

Le mistral m’aide à finir mon voyage pas trop fatigué. Jonathan me rejoindra à 50kms de l’arrivée et on se fera même une petite partie de manivelle, le mistral aidant.

Encore une côte pour finir mon voyage et je retrouve le reste de la famille et la relève. 

Ce voyage m’auras permis de découvrir des paysages différents, de charmants villages de la France profonde et de voyager autrement.

C’est la France qu’on aime.

Toutes nos Félicitations à Albert pour cet exploit

Photos sont sur la page Facebook.

Franco Lecca vient de nous quitter

Le cyclisme Lorrain vient de perdre un grand serviteur des années 1980 – 2000 en la personne de Francesco Lecca, plus connu sous Franco. Il était Président de l’ES Longuyon, Franco était une personnalité charmante, toujours le sourire aux lèvres. Ceux qui t’ont appréciés garderont de toi de bons souvenirs et ton implication dans notre sport.

Bonne route Franco pour cette dernière ligne droite et nos sincères condoléances à ta famille.


Cyclisme – Lorraine : Un avenir meilleur pour la 35ème édition du Tour de Moselle – Article du RL

Le maintien de la 35e édition du Tour de Moselle, prévue du 11 au 13 septembre, était tout sauf sûr. Le Covid et ses conséquences pouvaient faire craindre une annulation, mais l’équipe du CS Thionvillois a bien récupéré le temps perdu et les auspices semblent meilleurs. Par Vincent TRIMBOUR – 10 juin 2020 à 20:00 – Temps de lecture : 3 min | | Vu 239 fois

Le Tour de Moselle repassera-t-il en 2020 ? Photo RL /Pierre HECKLER

Le Tour de Moselle commence à y voir un peu plus clair pour son avenir. « Il y a toujours une menace que ça ne se fasse pas, mais elle est plus faible », indique Éric Chanson, président du CS Thionvillois, club organisateur de la manifestation. « On continue notre bonhomme de chemin, mais il y a plusieurs inconnues. On a pris deux mois et demi de retard mais on a pu finaliser les dernières étapes ».

Le circuit se fera en quatre temps. Une boucle au départ de Hettange-Grande avec l’arrivée à Rodemack, sur 143 km, le 11 septembre. Puis le contre-la-montre par équipes le lendemain, sur Yutz (31 km), le matin. L’après-midi la boucle débutera à Saint-Ail pour finir à Hayange (environ 100 km). « Cette troisième étape remplace le passage que l’on avait prévu au Luxembourg. » Enfin, le dimanche 13 ce sont 173 km entre Bliesbruck et Thionville qui attendent les coureurs. Ceux-ci, 21 équipes de six, ont répondu présent sans aucun souci. D’autant que plusieurs courses ont été annulées, dont l’une en Bretagne qui devait se courir la semaine précédant le Tour de Moselle.

« Pour beaucoup d’équipes, ne plus faire de compétitions signifie aussi ne plus avoir de financement de leurs sponsors et éventuellement disparaître… » Actuellement, « l’entraînement se fait avec des distances de 10 mètres entre chacun, mas ça devrait avoir disparu en septembre ». Devrait. Car si la Fédération a donné son feu vert pour que se tienne la course, c’est toujours avec les mesures sanitaires imposées. « On attend que le gouvernement confirme, d’ici la fin du mois, que ces mesures seront bien levées pour septembre »

« Les partenaires nous ont suivis »

Car c’est évidemment le Covid qui est la raison de ce flou. « Il était impossible d’aller mesurer les distances exactes pendant plus de deux mois. On l’a fait pour les deux premières étapes, et là on achève le travail ». Et des recherches avec les outils internet « auraient été trop imprécises : c’est au mètre près. S’il y a un nouveau rond-point, il ne sera pas forcément pris en compte sur les cartes internet. Et les horaires de passages exacts en découlent ».

Or les 150 communes traversées ont toutes besoin d’un document précis indiquant le passage du Tour de Moselle sur leur ban communal. Là aussi, compliqué d’avoir les autorisations quand les maires ne sont pas encore élus et que les équipes en place ne donnent pas l’accord par principe. « Par rapport aux délais imposés, on enverra le dossier aux départements, préfectures et unités territoriales routières concernés. On n’aura pas encore toutes les réponses des mairies, mais ce sera affiné par la suite ».

Le budget de la compétition n’a pas été modifié, bien que tout ne soit pas au vert : « On n’a pas encore reçu les subventions des communes, mais c’est lié aux élections. Ce ne sera pas avant juillet. En revanche, tous les partenaires privés qui s’étaient engagés nous ont suivis ». Éric Chanson et son équipe ont réussi à rattraper le temps perdu et, au final, seule une mauvaise nouvelle inattendue pourrait avoir raison de cette 35e édition du Tour de Moselle.